20 juillet 2007

Article biaisé sur les hôpitaux catholiques et l'avortement


Ce n'est pas surprenant que Radio-Canada milite pour les pôvre-choix, mais c'est agaçant parce qu'elle le fait avec l'argent des contribuables.

Les pôvre-choix ont leur mot à dire, mais les catholiques, eux, n'ont pas de droit de parole.

Tellement typique de RC.

Regarde le titre. "Le Cocktail religion et hôpitaux". On dirait que le journaliste a oublié que si ce n'était pas pour les catholiques, l'hôpital en question n'existerait pas, pis des tas de gens ne se feraient pas soigner avec des services beaucoup plus essentiels que l'avortement et les vasectomies.

De son côté, Kathleen House, porte-parole des Catholiques pour le libre choix, admet que le droit à l'avortement est un service public essentiel: « Pour 91 % des catholiques au Canada, l'Église n'a aucun poids en matière de contraception. »


Tiens, la catholique libérale de service. Quand-est-ce que les évêques vont mettre leur culottes et excommunier les catholiques qui prônent publiquement l'avortement. Assez, c'est assez!

C'est drôle, il n'y a pas de porte-parole catholique orthodoxe pour présenter leur côté de l'histoire.

Pis c'est vrai que 90% des catholiques mariés utilisent de la contraception (grâce au fait que le clergé n'enseigne pas la doctrine, m'enfin), mais ce n'est pas 90% des catholiques qui sont en faveur de l'avortement-- loin de là. Plus un catholique est pratiquant, plus il s'oppose à l'avortement.