29 septembre 2007

Comparaison: bébé prématuré et bébé avorté

J'ai lancé mon blogue il y a environ un an pour conscientiser les lecteurs francophones de la nature de l'avortement au Canada. Depuis que je suis devenue membre de Le Droitiste, le nombre des visiteurs a doublé d'environ 20 à 40 par jour. Je ne pète pas des records et le nombre des lecteurs est modeste, mais je crois avec persistence je vais éventuellement atteindre un plus grand public.

Ça me fait tellement plaisir de pouvoir partager mes connaissances avec vous.

Je dis tout ceci parce que je remarque que le sujet de l'avortement est, d'un certain sens, encore plus tabou au Québec que dans le reste du Canada. La situation est un peu paradoxale. Je crois que les Québécois sont relativement ouverts au phénomène. Les gens l'acceptent plus ou moins. Et ceux qui s'y opposent sont tellement isolés (étant que le mouvement pro-vie est faible) qu'il n'ose pas en parler. Donc qu'il y a une grande silence de leur part. Et, l'acceptation de l'avortement est tellement prise pour acquis, que l'expression de son opposition à cette procédure est tolérée. La population pro-choix (je ne parle pas des militants) sont tellement confortables que les pro-vie ne gagneront rien, qu'ils permettent que les gens s'expriment (les militants, c'est une autre chose) parce que dans le fond, il n'y a pas de danger que rien survient de cette expression. Donc, quand Richard Martineau parle de limiter la pratique de l'avortement (et non pas la restreindre) son éditorial ne soulève pas de grands tollés dans la presse.

Mais, je crois qu'il y a une profonde ignorance envers l'avortement qui permette sa légalité. Par exemple, il y a des gens qui croient que les bébés viables ne sont pas avortés au Québec, et que de toute façon s'ils sont avortés, c'est parce qu'ils étaient voués à la mort.

À titre d'illustration, je veux montrer une photo du plus petit bébé né, il y a six mois en Allemagne.



Kimberley pèsait 10 ounces. 10 ounces, c'est le même poids qu'un steak épais. Elle mesurait 10 pouces, environ 25 centimetres. Elle est née à 25 semaines (environ). (Le bébé le plus prématuré qui a survécu est né à 21 semaines, 6 jours.)

Des bébés comme Kimberley sont avortés à chaque jour en Amérique du Nord. On ne connaît pas les chiffres exactes, parce que après environ 20 semaines, en général on ne compte plus les avortements tardifs, à moins qu'il y ait lieu dans une clinique. On provoque la mort de ces bébés et on les code comme des "mortinaissances". La cause de la mort n'est pas attributée à une injection de chlorure de potassium au coeur et un induction à la prostaglandine, mais à la malformation ou l'anomalie génétique qui est le motif pour cette termination. Donc les statistiques de la mort périnatale sont un peu distorquées en raison de ces pratiques. On veut surtout cacher l'avortement tardif parce que c'est tellement controversé.

Voici un exemple d'un avortement tardif. La photo est tirée d'une thèse soumise à l'Université Laval. L'étude portait sur un examen du chromosome 22 d'un foetus avorté à 27 semaines. Voilà la photo:



La thèse conclut:

Despite the haploinsufficiency of many active genes located in the distal third of the q-arm, which has an R-band-rich pattern, the fetus showed minor congenital malformations.


Donc, le foetus a été avorté à 27 semaines pour des malformations mineures. On voit dans la photo que le bébé avait une déformation à la mâchoire et à la tête, mais on peut bien croire que ça aurait pu être corrigé avec une opération chirurgicale. On ne parle pas ici d'une question d'anomalie mortelle.

Et pour ça, il a été tué.

Il y a de plus en plus de tests diagnostiques prénataux qui peuvent dépister un grand nombres de troubles physiques. Parfois ces tests sont en erreur. La grande majorité des bébés dont on découvre une anomalié génétique sont avortés.

Donc, en Allemangne, on célèbre la naissance d'un petit nourrisson grande comme ma main, alors qu'au Québec, on tue des bébés du même âge et même encore plus vieux parce qu'ils sont "défectueux".

C'est absolument légal au Canada. Il n'y a pas de restriction légale sur l'avortement.

Est-ce que c'est une situation qu'on devrait permettre de continuer?

Les enfants non-né sont le dernier groupe d'êtres humains qui demeurent sans reconnaissance légale. Ils n'ont aucun droit. Est-ce qu'on peut se dire compatissant si on ne se sente pas obligé de reconnaître la dignité et la valeur intinsèque du bébé à naître?

28 septembre 2007

La Gazette des femmes: l'avortement sélectif est un génocide

La Gazette des femmes est une revue produite par Le Conseil du Statut de la femme-- l'arme féministe du gouvernement.

Le Conseil du Statut de la femme a émis un communiqué de presse pour annoncer le dernier numéro.

Mais voilà que parmi les articles publiés figure une sur l'avortement des filles en Inde. Voici la description de l'article:

À lire enfin, un reportage dramatique et troublant sur l'avortement sélectif des fœtus féminins en Inde. Écrit par Karina Marceau, « La fin des filles » est un appel vibrant pour que cesse ce véritable génocide.


Wow! As-tu déjà vu ça? Une revue féministe qui appelle l'avortement un "génocide". Bien sûr, il s'agit d'un type spécifique d'avortement. N'empêche que c'est une percée de la pensée pro-vie.

Hm. Je me demande comment les féministes qui lisent cette revue vont réagir à cet article. J'espère que ça va devenir un sujet d'actualité, mais je ne mise pas là-dessus.

Manque de médecins ou manque de contrôle?

Les jeunes Québécoises de 18 à 24 ans, chez qui le taux d’avortement atteint un sommet de 35 cas pour 1000, ont un accès particulièrement difficile à la pilule. Le Québec manque de médecins pour la prescrire et les chanceuses qui ont un médecin de famille doivent généralement attendre des mois pour le voir, rappelle-t-elle.

(...)

Le Québec réagit au manque de médecins avec l’introduction d’un programme d’ordonnance collective qui permettra aux infirmières en CLSC et en GMF de prescrire la fameuse pilule.


Fantastique! Des infirmières qui préscrivent la Pillule. Ce je remarque dans le mouvement pro-avortement, c'est que les supporteurs sont de plus en plus prêts à sacrifier la santé des patients que de responsabiliser les gens de ne pas agir sexuellement s'ils ne sont pas en mesure de faire face aux conséquences.

Aux ÉU, la fermeture de cliniques d'avortements n'est pas inhabituelle, étant donné que ces cliniques ne conforment pas aux standards médicaux. Des non-médecins font des avortements et puis les féministes défendent les avorteurs et les propriétaires de cliniques qui permettent cette pratique. Je vois ce désir de voir les infirmières préscrire ces drogues dans la même perspective: rien doit freindre l'activité sexuelle, surtout pas un manque de médecins.

On ne soulève pas la possibilité d'encourager les jeunes à mener leurs grossesses à terme pour un plus grand bien. J'ai l'impression qu'au Québec, une femme qui fait ça est perçue comme un "loser". Je ne sais pas au j'ai pris cette impression là. Peut-être parce que j'ai l'impression que les gens pensent que l'avortement est tellement "cool" qu'on est folle de s'en passer.

27 septembre 2007

C'est rendu tellement normal on s'en rend même pas compte

La FFQ se réjouit de l'arrivée à l'Assemblée nationale d'une première femme cheffe de parti

Je n'y ai même pas réalisé. Le reste du monde accepte que c'est normal qu'une femme devienne une cheffe du parti.

Pourquoi est-ce que Radio Ville-Marie permet de la propagande féministe sur son site web, sans réplique des femmes conservatrices? Je pensais que c'était une radio catholique. M'enfin, je peux dire ça à propos de plusieurs institutions catholiques.

Laïcisme exaggéré

Un enfant interdit de bricoler l’Oratoire St-Joseph

Dans une lettre ouverte parue dans La Presse hier, une mère donne son point de vu sur un événement survenu dans le CPE de sa fille de 4 ans. Une éducatrice d’un CPE de Montréal a interdit à l’enfant de bricoler l’Oratoire St-Joseph en carton parce que c’est un monument religieux. La mère s’interroge sur la limite des accommodements raisonnables, elle écrit : « notre culture, dans le sens large, et non seulement la culture religieuse, doit-elle être mise de côté au nom de la tolérance ? […] Je comprends qu’au nom de la laïcité, on évite d’imposer à l’école des activités dirigées à thèmes religieux. Par contre si l’enfant désire dessiner une église, une synagogue ou autre, n’est-ce pas de la censure que de l’empêcher. »


source

L'original dans La Presse

Il y a des gens qui ont tellement une phobie qu'ils sont même pas capables de tolérer aucune trace du religieux.

Et on dit que c'est la religion qui est la source du conflit dans le monde.

26 septembre 2007

Le Dr. Mailloux attaque le Maire Tremblay

Le Dr Pierre Mailloux y va d'une déclaration fracassante à l'endroit du maire de Saguenay.

Alors qu'il commentait la présentation du mémoire de Jean Tremblay devant la Commission Bouchard-Taylor sur les ondes de GO FM en Abitibi, le psychiatre a affirmé que le maire de Saguenay est «marteau»!

Le Doc Mailloux va jusqu'à se demander si une majorité de Saguenéens sont tarés.

Pierre Mailloux déplore particulièrement le passage du mémoire du maire de Saguenay qui qualifie l'avortement de meurtre.


La vérite blesse, Dr. Mailloux.

Un animateur de radio commente une présentation, pis ça devient une manchette?

L'évêque de Chicoutimi en désaccord avec la Messe pour la prière publique

L’évêque de Chicoutimi se dit en désaccord avec la célébration eucharistique sur la prière

L’évêque du diocèse de Chicoutimi, Mgr André Rivest, se dissocie de l’Eucharistie célébrée dimanche dernier concernant la religion dans les lieux publics. « Je ne suis pas à l’aise avec le moyen d’une Eucharistie pour porter ça dans le cœur de Dieu. On n’est pas maître des interprétations et ça peut prêter flanc à une interprétation d’un appui politique au maire Jean Tremblay. » a-t-il indiqué à la radio de Radio-Canada au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Selon lui, le moment est mal choisi, en plein contexte de débat sur les accommodements raisonnables. Pourtant, Mgr Rivest avait été informé par l’agent de pastorale de la paroisse Sacré-Cœur, Jacques Tremblay. « Nous avons communiqué avec l’abbé Jacques Bouchard, secrétaire particulier de l’évêque du diocèse, pour informer de notre intention de célébrer une messe pour encourager les fidèles à prier dans les lieux publics. Il a répondu qu’en tant que paroisse, si le comité pastoral était d’accord et que si le modérateur, Mgr Gaudin, était d’accord, nous étions en droit de le faire ». Monsieur Tremblay rappelle également que la messe était prévue depuis deux semaines, bien avant l’intervention du maire Jean Tremblay devant la commission Bouchard-Taylor. Le modérateur de la paroisse, Mgr Gaudin, avoue que les circonstances n’étaient pas bien choisies. « On ne voulait pas en faire un geste politique ». Il ne croyait pas d’ailleurs que la messe aurait un tel impact médiatique.

Malgré tout cela, les instigateurs de la messe se disent satisfaits et fiers des répercussions que cet événement a suscité dans l’espace public québécois. Monsieur Tremblay estime également qu’il est temps que l’Église revendique la place qui lui revient dans la communauté.

source

Aussi disponible ici.

Enfin des catholiques qui ont assez de courage pour défendre leur foi et sa manifestation, et qu'est-ce que l'Évêque fait? Il se plie!

On devrait appuyer le Maire Tremblay pour sa défense des valeurs religieuses. L'Église devrait derrière lui à 100%

Mais non, ça déplairait aux adhérents de la rectitude politique! Il ne faut surtout pas offenser les bien-pensants qui votent pour les gauchistes qui veulent tout simplement abolir la religion de la place publique.

25 septembre 2007

Le pape salue l'abolition de l'avortement au Nicaragua

Le pape salue l’abolition de l’avortement thérapeutique au Nicaragua
Benoît XVI a salué la politique du Nicaragua en faveur de la vie, et en particulier l’abolition de l’avortement thérapeutique en 2006. Le pape s'adressait au nouvel ambassadeur nicaraguayen près le Saint-Siège à Castel Gandolfo, le 24 septembre 2007. C'est ce lundi que José Cuadra Chamorro a présenté ses lettres de créance au pape. Celui-ci a aussi souhaité que les États accroissent leur aide aux femmes « qui ont de graves problèmes de grossesse ».

Devant le diplomate, Benoît XVI a remercié les autorités nicaraguayennes pour leur position sur des thèmes sociaux, spécialement le respect pour la vie, face à de nombreuses pressions internes et internationales. Le pape a ainsi salué « l’abolition de l’avortement thérapeutique » par l’Assemblé nationale au Nicaragua, l’an passé.

source

24 septembre 2007

Huit prêtres soutiennent le maire de Saguenay

Selon la Société Radio-Canada, huit prêtres du Saguenay ont demandé le maintien de la prière au conseil municipal lors d'une messe spéciale.

Cela fait suite à la présentation du mémoire par le maire de Saguenay, Jean Tremblay, jeudi dernier devant la commission Bouchard-Taylor, dans lequel il demande de redonner sa place à la religion. M. Tremblay a reçu l'appui de l'équipe pastorale de la paroisse Sacré-Coeur.

« On est beaucoup préoccupé par la question de liberté religieuse, qui est la pierre angulaire tant du concile Vatican II que de la Charte des droits et libertés. Si on nous enlève le droit de prier en public, c'est un tort qu'on cause aux droits humains les plus fondamentaux », affirme à la SRC, Jacques Tremblay, agent de pastorale.
La cérémonie spéciale a eu lieu dimanche soir à 19 h 15 à l'église Christ-Roi de Chicoutimi.

« Ce n’est pas pour rien qu’on fait cette célébration dans l’église du Christ-Roi : c’est que le Christ est roi, et qu’il doit régner dans tous les secteurs de l’activité humaine, et ça comprend le secteur politique, le secteur social, le secteur économique, tous les secteurs doivent être sous la seigneurie du Christ », a déclaré Jacques Tremblay, agent de pastorale, à la paroisse Sacré-cœur, initiateur de la cérémonie.



Wow! des prêtres qui ont une colonne vertébrale pour la foi!

Voici un autre article là-dessus.

Un autre

Info690

20 septembre 2007

Bravo au Maire Tremblay!

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, a présenté son mémoire devant la Commission Taylor-Bouchard jeudi matin. Allant à l'encontre des nombreux plaidoyers pour la laïcité qui ont été présentés depuis le début de la commission, M. Tremblay a plutôt affirmé que la séparation totale entre l'Église et l'État était quelque chose d'impossible et que la religion devait reprendre la place qu'elle a perdue.

Selon lui d'ailleurs, les Québécois semblent confondre laïcité et athéisme.


(...)

Selon le Maire:

"On est un peu bonasse. Quand quelqu'un, qui représente trois pour cent de la population, veut faire quelque chose, tout le monde se plie. Mais quand le maire veut faire sa prière, on lui dit d'arrêter pour respecter le principe de la laïcité", a déploré M. Tremblay.

"Je ne dis pas que la religion catholique doit écraser les autres. Mais les catholiques ne se font pas respecter. La liberté religieuse, c'est pour ceux qui n'en font pas. On dérape", a-t-il ajouté.

Il a aussi reproché une certaine mollesse à l'ensemble des politiciens québécois qui, croit-il, manquent d'ardeur à défendre ces valeurs religieuses.

Les valeurs morales sont de plus en plus abandonnées, a fait valoir le maire Tremblay. Uniquement dans sa ville, il y a deux suicides par semaine. Il faut retourner à des valeurs morales, estime-t-il. "Depuis qu'on oublie nos valeurs principales, cela ne va pas si bien que cela. Les gens ne sont pas si heureux", a-t-il dit.





Wow. Fantastique, M. le Maire. Félicitations! Si j'étais Saguenéene, vous auriez mon vote!

19 septembre 2007

VIDÉO: Le syndrôme post-avortif

Voici un vidéo très révélateur sur le syndrôme post-avortif. Beaucoup de gens nient l'existence de cette condition, surtout les féministes. Elles ne veulent pas reconnaître la souffrance des femmes avortées ou d'admettre que l'avortement peut causer beaucoup de problèmes psychologiques.



source

14 septembre 2007

Contre la légalisation de la prostitution

Voilà un billet interessant contre la légalisation de la prostitution.

Voici un extrait:

> En Australie, dans l’État de Victoria qui a opté pour la légalisation en 1984, le nombre de bordels licenciés a plus que doublé en 5 ans, sans compter les agences d’escorte et autres établissements de sexe, alors que le nombre de bordels illégaux a triplé pendant la même période (entre 1989 et 1994). Ainsi, en dépit de la légalisation, le secteur illégal côtoie et dépasse en volume le secteur légal de la prostitution.

> De plus, l’exploitation sexuelle s’est intensifiée et diversifiée pour répondre à la demande croissante, stimulée par la promotion à grande échelle de l’industrie du sexe, profitant de la législation permissive. Aujourd’hui, les autorités australiennes estiment qu’environ 60 000 hommes dépensent près de 7 millions de dollars sur le marché de la prostitution chaque semaine, ce qui est considérable, vu la taille de l’État de Victoria qui compte 4,5 millions d’habitants.

> Les autorités policières australiennes estiment que la violence à l’égard des femmes travaillant dans l’industrie du sexe a augmenté au lieu de diminuer. Tant les bordels légaux qu’illégaux emploient des mineurs et des femmes asiatiques, victimes du trafic. L’État de Victoria est à présent reconnu pour avoir le plus haut taux de prostitution infantile en Australie, et bon nombre de réseaux de pédophilie opèrent à partir de là, profitant des politiques laxistes.

> La légalisation n’a pas non plus réussi à éliminer la prostitution de rue. Près de Melbourne, les résidants de St Kilda, où les établissements de sexe sont pourtant autorisés, se plaignent du fait que leur jardin et leur entrée de maison sont devenus des bordels à ciel ouvert, où les femmes prostituées subissent des abus de jour comme de nuit.


Le billet réfère à un article sur Sisyphe, un site féministe.

Pas souvent que je suis d'accord avec une féministe. Mais j'ai l'impression que c'est un point de vue minoritaire.

Après avoir publié ce billet, comme par hasard, j'ai tombé sur ce billet anglais (par une féministe) sur les conditions de travail des prostituées au Nevada, où la prostitution n'est pas illégale.

Bonne nouvelle: moins de locataires!

Le FRAPRU constate tout d'abord que, pour la première fois de l'histoire contemporaine du Québec, le pourcentage de locataires tombe sous la barre des 40 pour cent. Il se situe maintenant à 39,8 pour cent, alors qu'il était de 42,2 pour cent en 1996 et 52,6 pour cent en 1971, au moment où on pouvait encore affirmer que le peuple québécois en était un de locataires. Cela demeure toutefois encore vrai dans la ville de Montréal où le pourcentage de locataires est de 65,6 pour cent, ainsi qu'à Sherbrooke où il n'est toutefois que de 50,7 pour cent. Ce n'est plus le cas dans des villes comme Québec où la proportion de locataires est maintenant de 47,9 pour cent, de même qu'à Longueuil (47,1 pour cent), à Trois-Rivières (44,5 pour cent), à Saguenay (37,6 pour cent) et à Gatineau (35.8 pour cent), dans tous les cas en partie en raison des fusions municipales.

Parallèlement à cette diminution relative du poids des locataires, le
FRAPRU en vient à la conclusion que le profil même des locataires est en train de se modifier. Les personnes seules y occupent notamment une place de plus en plus importante, puisqu'elles représentent désormais 48,8 pour cent de l'ensemble des ménages locataires, contre 46,9 pour cent en 2001 et 42,2 pour cent en 1996. Ce pourcentage dépasse les 50 pour cent dans des régions métropolitaines comme Trois-Rivières, Québec, Sherbrooke et Saguenay.


source

Bien que la diminution du nombre de locataires peut être dû aux fusions municipales, je ne peux pas croire que c'est la seule raison.

S'il y a moins de locataires, ça doit signifier qu'il y a plus de propriétaires.

C'est une très bonne chose.

En un certain sens, ça représente un enrichissement de la population: pas en termes de revenus, mais en termes de qualité de vie et d'investissement. Quand on possède sa propriété, on ne peut dire qu'on est pauvre-- bien sûr qu'il y a des gens qui ont hérité de leur maison, ou qui ont perdu un emploi, et qui ont besoin d'assistance sociale temporairement. Mais c'est pas une véritable pauvreté aigüe dont on parle dans les médias. C'est un moment difficile-- et on passe tous par là à un moment donné, mais on n'est pas sans moyens. La propriété est comme une forme d'assurance économique.

C'est une très bonne nouvelle.

Non à la subvention de la fertilization in vitro

Philippe Couillard a reconnu qu'il aurait pu «mieux s'exprimer». Il a tout de même rappelé qu'«il y a des droits fondamentaux (reconnus par les tribunaux), dont celui des femmes de contrôler leur reproduction, notamment avec les interruptions de grossesse». Selon lui, cela explique pourquoi les avortements sont, eux, couverts par l'assurance maladie.


Voilà-- le droit à l'avortement mène à la subvention des toutes les interventions reproductives.

Quand est-ce qu'on va cesser cette stupidité?

Un enfant n'est pas un droit. Qu'on traite le système réproductif-- d'accord. Mais être sans enfant n'affecte pas la santé.

En plus la fécondation artificielle mène inévitablement à la destruction d'embryons.

On ne soigne pas en créant un enfant-- ce qui est la fonction de la médecine.

Mais voilà en introduisant la notion du droit à l'avortement-- qui ne soigne pas non plus- implicitement on a crée le droit à des interventions qui sont performées par des médecins, mais qui n'affectent pas la santé.

Un jour on va vouloir subventionner les interventions cosmétiques. On ne peut pas laisser les gens souffrir à cause de leur manque d'estime de soi.

12 septembre 2007

La fertilité

J'apprécie beaucoup que Richard Martineau ait le courage de poser des questions auxquelles personne d'autres ne pensent pas, et personne n'osera demander tout fort.

Il dit que c'est contradictoire de payer pour les avortements et les stérilisations, mais non pour les traitement pour l'infertilité.


Ce qui m’a mis le plus en maudit, dans ce documentaire, c’est la réaction «nette, frette, sèche» du ministre de la Santé, Philippe Couillard.

«On ne rembourse pas les frais engendrés par les traitements de fertilité, parce qu’avoir un enfant n’est pas un droit fondamental», dit-il sans la moindre trace d’émotion et de compassion envers les couples infertiles.

D’accord, je veux bien…

Mais se faire ligaturer les trompes, c’est un droit fondamental, ça, monsieur le ministre? Et se faire couper les canaux de la zigounette itou? Même si on vend des condoms dans tous les dépanneurs?


Le problème avec le mot "droit" ce n'est plus conçu comme une liberté, mais plutôt une obligation. Par exemple, il y a des gens qui pensent que le droit à s'exprimer signifie que les propriétaires de forums électroniques sont obligés de laisser tout le monde participer.

Ce n'est pas du tout le cas.

Ou les gens pensent que le droit de travailler signifie que l'état doit fournir un emploi à chaque personne.

Ce qui n'est pas du tout le cas.

On est libre de s'exprimer. Ou non. On est libre de travailler. Ou non. Mais personne est obligé de nous donner les moyens de nous exprimer ou de travailler.

Tout comme on est libre de se faire stériliser. Ou non. Mais personne devrait être forcé pour payer pour cela.

Richard Martineau se préoccupe de la question démographique.

Il y a beaucoup de raisons derrière le déclin démographique en occident.

Une chose qui me frappe, et que personne en parle-- c'est qu'on n'encourage plus les familles nombreuses.

Ce n'est pas nécessaire que toutes les femmes aient 5 enfants ou plus. Mais disons que si 5-10% des femmes avaient plus de 5 enfants, et puis la moitié des femmes avaient deux au lieu d'un, ça compenserait sur plusieur générations.

Avoir plus de 3 enfants, c'est perçu comme faire "la machine à bébé". Une mère de famille nombreuse est une personne unidimensionnelle, sans éducation ou de qualité de vie. En fait, c'est des loseurs qui ont de nombreux enfants. Le reste du monde utilisent la contraception et ont mieux à faire que d'être enceinte ou d'allaiter un bébé. Ça peut ben faire une ou deux fois, mais il y a d'autres choses dans vie que ça. C'est ça les gens pensent.

Avoir plus de 3 enfants (sans parler de 6,7,8) c'est capoté ben raide!

Mais, il faut donner le goût aux gens d'avoir des enfants. Sans l'idée que c'est désirable d'avoir beaucoup d'enfants, c'est sûr qu'ils n'auront pas.

Il faut enlever les obstacles. Par exemple: essaie d'acheter une maison avec plus de 3 chambres à coucher à un prix abordable. Pas facile. On peut mettre plus d'un enfant par chambre, mais les chambres sont tellement petits...

Ou: essaie de planifier des sorties avec quatres enfants. Pas évident.

À quelque part, il faut mettre l'idée dans la tête des gens qu'une famille nombreuse est quelque chose de beau, d'amusant (même si ça prend beaucoup d'énergie) et que la société va t'aider et t'appuyer.

Quand je parle d'augmenter le nombre de familles nombreuses-- je ne dis que toutes les femmes doivent en avoir. C'est certain qu'on a tous nos limites. Mais il faut quand-même présenter des alternatives-- parce que le résultat de ce choix est tellement désirable. C'est triste de contempler que des femmes qui auraient plus être heureuses ayant plus d'enfants n'en ont eu qu'un ou deux, parce qu'elles pensaient que ce n'était "pas possible" ou pas pour elles. Si on veut promouvoir la natalité, il faut créer un esprit qui va accepter les naissances, et non voir le 3e, 4e, etc comme un fardeau.

Sa fille avait une malformation, mais elle n'a pas voulu avorté

Quand les médecins ont découvert que son fœtus était atteint du Syndrome de DiGeorge, ils ont demandé à Céleste si elle désirait poursuivre sa grossesse ou avoir un avortement thérapeutique. La grand-maman nous raconte : " Ma fille a répondu : Maman ne m'a pas rejetée quand j'étais malade, pourquoi vais-je rejeter mon bébé atteint du même mal? "


source.

11 septembre 2007

Nouveau blogroll de droite...en français

Le droitiste cherche à regrouper les blogues de droite en français.

Il manque juste un aggrégateur pour publiciser les billets. C'est platte que server.com ne montre pas les accents comme il faut, parce que ce service gratuit serait idéale pour afficher les billets.

10 septembre 2007

Chaîne de télé belge diffusera programme blasphématoire

Reçu par email:

Plug TV est une chaîne de télévision du paysage audiovisuel belge, destinée aux adolescents et bâtie sur le modèle français de M6.

Plug TV lance sa campagne de rentrée sur le thème du Bien et du Mal. Pour l'occasion, le personnage principal de cette campagne est un acteur censé représenter un Jésus baba-cool, ventripotent et hirsute qui utilise notamment ses pouvoirs pour s'entourer... de deux jeunes femmes démoniaques en tenues érotisées et prenant des poses suggestives.

Divers spots publicitaires sont prévus sur ce thème et seront diffusés tant au cinéma que sur les différentes chaînes de télévision belges de RTL Group.
Et la présentation actuelle du site internet de Plug TV est entièrement axée sur cette campagne ignoble.

Derrière cette publicité blasphématoire, on trouve le directeur "artistique" de Plug TV, Olivier Pairoux, soutenu par le producteur délégué de Plug TV, Eusebio Larrea.

Plug TV fait partie de RTL Group qui possède également en Belgique les chaînes de télévision RTL Tvi, Club RTL, AB3 et AB4 ainsi que les radios Bel RTL, Radio Contact et Mint.

Face à cette campagne qui se moque ignoblement du Christ et dont le scandale est d'autant plus grand qu'elle touchera par tous les moyens modernes de communication, et notamment par l'audiovisuel, un très large public, y compris du plus jeune âge, nul chrétien digne de ce nom ne peut rester sans réaction.

Tous les chrétiens se doivent, pour l'honneur du Christ, de prendre quelques instants de leur temps pour crier leur mécontentement devant cette offense insupportable.

Voici où s'adresser :

Plug TV
info@plugtv.be

Tvi s.a.
RTL House
2 avenue Georgin
1030 Bruxelles
Tél : 32.2.778.69.11
Fax : 32.2.778.69.12
redaction@rtl.be

RTL Group
45 boulevard Pierre Frieden
L - 1543 Luxembourg
Tél : 352.24.86.1
Fax : 352.24.86.2760
andrew.buckhurst@rtlgroup.com
olivier.herrgesell@rtlgroup.com

IP TV (société de gestion des espaces publicitaires de RTL Tvi, Club RTL et Plug TV)
équipe marketing
shecke@ipb.be
32.2.679.52.28

BEWEB s.a. (régie publicitaire de RTL Tvi)
info@beweb.com
fax : 32.2.423.55.79

Jury d'Ethique Publicitaire
avenue Louise 120 b5
1050 Bruxelles
info@jepbelgium.be
tél : 32.2.502.70.70
fax : 32.2.502.77.33

Réagissez ! Diffusez ce message autour de vous. Imprimez-le et photocopiez-le pour les personnes qui n'ont pas internet.

Ecrivez aussi
- à toutes les chaînes de RTL Group afin d'exiger qu'elles cessent d'être complices de la diffusion de ce clip anti-chrétien,
- aux évêchés afin de leur demander de protester publiquement,
- à la presse afin de dissuader les journaux de publier les annonces publicitaires inclues dans cette campagne blasphématoire et d'encourager via les courriers des lecteurs un maximum de gens à protester à leur tour,
- au Comte Jean-Pierre de Launoit,
avenue Maréchal Ney 53
1180 Bruxelles
Tél : 32.2.660.00.03

afin de demander à cet ancien Président de RTL Tvi de faire usage de ses relations pour mettre fin à ce scandale.

Que tous les chrétiens se mobilisent pour défendre l'honneur du Christ et mettre fin à cette ignominie.
Utilisons tous les moyens légaux à notre disposition.
Faisons pression sur tous les acteurs économiques liés à RTL Group.

4 septembre 2007

Moins d'adoptions internationales...moins d'enfants disponibles

N’arrivant pas à satisfaire les deux tiers des parents québécois candidats à l’adoption, le Secrétariat à l’adoption internationale, qui supervise ce domaine au Québec, entend faire appel davantage à des pays africains, dont le Mali, le Niger, le Togo, l’Éthiopie et la Tanzanie, a affirmé à La Presse Luce de Bellefeuille, directrice générale du Secrétariat. « On y va tranquillement », a-t-elle dit, en précisant que c’est déjà commencé.

De nombreux enfants africains ont perdu leurs parents à cause du sida, une maladie endémique dans cette partie du monde. Cela représente un «défi», a concédé Mme de Bellefeuille en soulignant que son organisme devra «rassurer» les parents adoptifs et s’assurer de la bonne santé des enfants.

Les pays asiatiques, la Chine en tête, étaient jusqu’à maintenant la source principale des adoptions internationales, mais on y propose de moins en moins d’enfants aux parents des pays développés. Le phénomène est similaire dans les pays d’Europe de l’Est.

Plusieurs pays protègent mieux leurs enfants et arrivent à «contrôler les naissances, réduire la pauvreté et encourager l’adoption nationale», selon le Service social international (SSI), organisme basé à Genève. Mais «la demande d’adoption reste plus forte que l’offre», dit le SSI.


(...)

Au Québec, le nombre d’enfants adoptés à l’étranger a chuté de 21 % l’an dernier et de 18 % dans l’ensemble du Canada, une diminution pour la troisième année consécutive, selon le ministère canadien de l’Immigration.


Bien des gens disent: vaut mieux avorter que d'éléver un enfant abusé et rejeté.

Un bébé qui est offert en adoption ne sera pas abusé. Il n'y a pas d'excuse pour avorter un bébé. Le demande est là.

3 septembre 2007

La nuit obscure de Mère Teresa était une sorte de martyre


« Les athées ‘normaux’, communs, ne souffrent pas de l’absence de Dieu ; pour Mère Teresa, c’était l’épreuve la plus terrible qu’elle pouvait vivre ».

« Je crois que Mère Teresa a vraiment la stature des ‘géants’ dans la sainteté chrétienne, justement aussi à cause de cette capacité de cacher ces phénomènes, de les vivre personnellement au plus profond de son cœur, peut-être, précisément en expiation de cet athéisme diffus qui existe dans le monde d’aujourd’hui, parce qu’au fond, Mère Teresa a vécu de manière positive, avec foi, du côté de Dieu, cette existence comme si Dieu n’existait pas », affirme t-il.


source

La foi, ce n'est pas sentir Dieu. C'est de croire en Dieu et se soumettre à lui.

En ressentant un vide, Mère Teresa n'a pas perdu la foi. Au contraire, elle a gardé la foi malgré ses sentiments.

Le Cambodge interdit l'évangélisation chrétienne

On est-tu chanceux de vivre dans un pays où, dans l'ensmeble, on possède la liberté d'expression?

Ce n'est pas le cas au Cambodge.

Le 19 juillet dernier, Khun Haing, ministre des Cultes et des Religions, a réuni dix-huit responsables chrétiens, dont trois catholiques, afin de leur faire part d’une nouvelle directive qui interdit « toutes les activités de prosélytisme chrétien ». Cette directive, qui vise à mieux encadrer les activités religieuses des différentes Eglises chrétiennes du Royaume, prévoit également de réglementer la construction des édifices religieux, d’interdire le porte à porte et les aides financières ou en nature versées pour inciter à la conversion. Ce genre de directives n’est pas nouveau puisque certaines avaient déjà été publiées en 1999 et en 2003.

Selon la récente circulaire, les enseignants et les responsables religieux sont autorisés à prêcher uniquement dans leurs lieux de prières ou d’exercice de leurs fonctions et tout projet de construction d’un édifice religieux devra être soumis à l’approbation des autorités compétentes.

Le ministre des Cultes et des Religions a justifié cette décision du fait de la multiplication des plaintes enregistrées contre des groupes chrétiens. Selon un prêtre catholique en mission au Cambodge depuis de nombreuses années, certains protestants anglo-saxons n’hésitent pas à verser des dons en argent ou en riz en échange d’une participation au culte, ils distribuent des bibles bilingues pour l’apprentissage de l’anglais et certains vont même jusqu’à interdire l’entrée dans les pagodes, dénigrant le bouddhisme qu’ils considèrent comme une religion fausse (1). « Par de telles pratiques agressives, ajoute le missionnaire, ces groupes chrétiens suscitent la haine et le fanatisme, qui commencent à pointer chez certains bouddhistes, pourtant si tolérants ! »



Je ne connais pas les détails de cette évangélisation.

Mais même si c'est vrai que les protestants "achètent" les convertis-- so what?

Si les convertis en question changent de religion pour du riz, ils n'étaient pas des fervents bouddhistes de toute façon.

Pourquoi attaquer les chrétiens qui donnent à manger?

Si les bouddhistes veulent garder leur monde-- pourquoi qu'ils ne fassent pas autant?

Les convertis sont libres d'agir. Si ça ne leur dérange pas de devenir chrétien, laisse-les dévenir chrétien. Qu'ils assument les conséquences de leurs gestes.

Ça ne justifie pas qu'on donne raison à des fanatiques qui ne valorisent pas la liberté d'expression et de religion.

La façon de répondre à ces gestes est de prévenir les gens, donner de la charité, et répondre aux arguments religieux.

Pas d'attquer les églises et d'imposer des lois.

En général, la tendance historique est que la persécution du christianisme produit plus de convertis à la longue.

2 septembre 2007

La gauche: maître dans l'art du terrorisme intellectuel.

Je suis en retard un peu en commentant sur cet article de Richard Martineau.

Mais je l'ai trouvé vraiment bon. La rhétorique est un peu exaggereé, mais c'est pas loin de la vérité.

«Tu te poses des questions sur les accommodements ? Tu es raciste.»

La gauche est passée maître dans l'art du terrorisme intellectuel.

«Tu critiques la stratégie des cols bleus de Montréal ? Tu es antisyndicaliste. Tu trouves que l'État devrait être plus sévère envers les gens qui fraudent l'aide sociale? Tu es contre les pauvres. Tu trouves que certains écolos ont un discours trop alarmiste? Tu te fous de l'environnement.»

Dès qu'un citoyen se pose une question légitime, paf! on sort l'insulte suprême et on l'assomme avec, histoire de lui fermer la gueule une bonne fois pour toutes.

Eh bien, ça va faire. J'en ai ras le bol de ce chantage imbécile.

Je peux être CONTRE le port du kirpan à l'école et POUR la diversité. CONTRE les gens qui utilisent l'avortement comme un moyen de contraception et POUR le féminisme. CONTRE Big Brother et POUR le fait de resserrer la sécurité aux frontières.

J'ai le droit de me poser des questions sans me faire traiter de tous les noms.


Complètement en accord. J'ajouterai que, en ce qui concerne l'avortement, la gauche ne veut pas confronter le véritable enjeux--comme dans bien des dossiers. Par exemple, pour discréditer toute discussion sur l'humanité de l'enfant à naître, ils caractérisent les croyances pro-vie comme des croyances "religieuses".

Quand une croyance est religieuse, elle ne mérite pas d'être examinée, et il ne faut surtout pas la considérée. La religion n'a aucun fondement rationnel. Les croyances religieuses ne peuvent pas être appuyée par la raison seule-- sauf les croyances qui, par hasard, correspondent au croyances gauchistes. Ces croyances peuvent être soutenues, pas mais les croyances de droite.

Donc, il ne faut se demander qui est humain, qui est une personne, qui est un égal-- on doit tous accepter l'indoctrination de la gauche que seuls les personnes nées ont une valeur absolue.

Mais c'est juste les religieux qui ont des dogmes.

Les gauchistes ont des convictions.