24 janvier 2010

Le Nouveau Archévêque de Bruxelles sur l'Homosexualité

Le nouveau Archévêque de Bruxelles,André-Mutien Léonard, suscite beaucoup de controverse et de critiques à son égard. C'est bon signe!

Concernant l'homosexualité, il did ceci:

L'homosexualité comparée à l'anorexie

Il y évoquait notamment l'homosexualité comme "une anormalité provenant d'un blocage rencontré au cours du développement psychologique normal". Aujourd'hui, il s'en défend : "Si j'avais dis cela, j'en serais moi-même profondément choqué. C'est quelque chose que je ne dirais jamais. La question qui m'était posée était de savoir si je jugeais qu'il y a dans la tendance homosexuelle, une anormalité. Moi je n'emploie jamais ce mot là, mais si on m'impose d'utiliser ce vocabulaire, bien je reconnais qu'il y a dans la tendance homosexuelle quelque chose qui n'est pas en cohérence avec le sens objectif de la sexualité qui vient du verbe couper, séparer en latin. Dans la sexualité, il y a l'idée d'une complémentarité du masculin et du féminin qui permet la rencontre amoureuse et qui permet aussi le don de la vie. Mais conclure de cela que je déclare que les personnes homosexuelles sont anormales, ca c'est monstrueux, c'est injurieux" et d'ajouter "avant d'être homosexuelle, une personne est une personne".

"Il faut faire attention au message que l'on donne et être attentif quand on a une position sociale, qu'on est le numéro un" rappelle sur le plateau Benoit Vanparijs, militant homosexuel. "Je fatigue à la longue de voir cette Eglise marcher en arrière, vivre dans le rétroviseur" ajoute-t-il.

Sur RTL-TVI, Monseigneur Léonard a comparé l'homosexualité à l'anorexie, suscitant une nouvelle polémique. "Je vais faire une comparaison: l'anorexie est un développement qui n'entre pas dans la logique de l'appétit, mais je ne dirai jamais que les anorexiques sont des anormaux", a-t-il déclaré, se plaçant selon ses dires sur un plan anthropologique. Ces propos ont suscité la réaction de Philippe Grolet, président national du Centre d'action laïque (CAL), qui les a jugés "scandaleux". Selon ce dernier, Monseigneur Léonard a en effet insinué de la sorte que l'homosexualité était une maladie.

Une maladie? Non. Un désordre. Une anomalie. Une condition.

Mais les laïcistes militants déforment les paroles du Monseigneur. Ils n'ont pas intérêt à comprendre. Ils veulent juste démolir leurs opposants. C'est normal.

Mais, en fait, ce ne sont pas des paroles haineuses. Est-ce que dire que l'anorexie n'est pas "normale" est haineux? Bien sûr que non. Alors,c'est vrai autant pour l'homosexualité. Est-ce que le monseigneur présente son opinion avec l'intention de rabaisser les gais? Non.

Mais les militants gais ne veulent pas du tout examiner et concéder rien aux croyants. Ils sont gagnants en dépeignant, malhonnêtement, les opposants de l'homosexualité comme des gens haineux. Pourquoi arrêter ce qui marche? C'est stratégique de continuer.

Avoir une opinion sur des émotions ou des comportements n'est pas haineux en soi.

Il faut aussi retenir que le mouvement gai s'appuie sur les sentiments pour avancer leur cause, et non les faits. Pour contrer les sentiments, il faut présenter les faits. Les sentiments changent, mais les faits ne changent pas.