29 avril 2011

La campagne contre les catholiques orthodoxes continue

Les supporteurs de Développement et Paix en ont ras-le-bol avec LifeSiteNews.


Ce que je trouve drôle dans cette histoire, c'est que des catholiques pensent que c'est anormal d'adhérer à toutes les doctrines de l'Église.

Si on fait partie de l'Église, c'est pour adhérer aux doctrines de l'Église.

Mais comme ils disent en anglais: apparently they didn't get the memo.

Je trouve ça drôle que des dissidents, des gens qui ont l'habitude de contrer l'autorité, essaie d'utiliser l'autorité des évêques pour faire taire cette histoire.

Mais ça ne marchera pas.

L'Église est structurée pour avancer ses doctrines.

L'orthodoxie finit toujours par gagner. Personne n'a jamais réussi à forcer l'Église de changer de cap.

28 avril 2011

Concernant l'histoire du Piss Christ

Je suis tellement dégoûté de toute l'histoire des catholiques qui ont endommagé le Piss Christ.

Pas parce que je ne reconnais pas le mal du blasphème, ni parce que je ne veux pas venir en défense du Seigneur.

Mais la réaction des catholiques français, telle que je la connais, me frustre au plus haut point.

Détruire une (prétendue) oeuvres d'art? Supplier les autorités de la supprimer?

C'est tellement faible et futile comme réaction, franchement ça me fait chier.

J'ai l'impression que la communauté catholique se met en position de quêteur, c'est-à-dire, en position de faiblesse, à genoux devant les gens: "s'il-vous-plaît, soyes gentils, faîtes nous plaisir...pitié."

Et, manquant la capacité de convaincre les gens, un certain groupe de gens ont détruit la pièce-- c'est-à-dire violer les droits de propriété de l'artiste.

Que cette pièce soit de la merde ne justifie pas cette destruction.

Premièrement, comprenez que la société vous haït, que vous n'avez plus de légitimité sur la place publique (et donc avec les élites) et donc demandez aux autres d'êtres justes avec vous est complètement futile.

Le gouvernement, la bureaucratie, et toute la panoplie des institutions bien-pensantes ne sont pas vos amis.

Alors cessez de leur faire confiance. Arrête de vous mettre dans le rôle de quêteur.

Le plus vite que vous réalisez ceci, le plus vite que vous allez regagner votre légitimité.

Deuxièmement, la contre-attaque doit se faire aux niveaux des idées.

Il ne faut pas attendre un Piss-Christ pour contrer les forces anti-catholiques.

Et il ne faut surtout pas détruire les biens des autres parce qu'on n'est pas capable de gagner notre cause dans l'opinion publique.

Dans la tête des gens, ça donne raison au créateur de Piss Christ.

Le Piss Christ est basée sur une idée.

Il faut alors le contrer pas les idées.

Voilà pourquoi il est nécessaire de préserver la liberté d'expression.

Le problème avec le fait de faire confiance au gouvernement pour réprimer vos opposants, c'est qu'un jour le gouvernement peut tourner sur toi.

Quand on se débarrase du gouvernement, tout est sur un pied d'égalité.

Alors, on peut vaincre, parce que nos idées son les meilleures, et celles qui correspondent plus à la réalité.

Avancer ces idées tout en respectant la liberté des autres est le meilleur moyen de se faire respecter.

N'est-ce pas ce qui manque à la communauté catholique?

Il faut cesser de courir à tout le monde quand on se sente blessé ou blessé au nom du Christ.

Il faut mener ses propres batailles et gagner par ses propres forces intellectuelles et institutionnelles.

Si on n'est pas capablde de battre avec nos propres moyens, on sera toujours à la mercie des institutions laïcistes qui veulent se débarrasser de nous.

J'espère que ceci est une leçon aux catholiques français qui ont un tendance fâcheuse de préconiser l'étatisme sous ses divers formes: le socialisme, ou l'autoritarianisme, ou encore pire le monarchisme.

Il faut arrêter de voir le gouvernement comme l'arbitre de la société, comme la référence de toutes les questions sociales et politiques.

Le gouvernement doit avoir quelques fonctions primaires et c'est tout: défendre la patrie, préserver les droits, administrer la justice et tendre à l'infrastructure commune.

Les autres fonctions ont tendance à devenir oppressif à un moment donné. On pense qu'en donnant le gouvernement la permission de réglementer ci et ça, on se rend service. Mais l'action gouvernementale a souvent tendance à agir contre la légitime liberté des autres. Donc, les programmes sociaux généraux demandent une grande partie de la propriété des gens, c'est à dire l'argent qu'ils gagnent au travail.

Ce n'est pas de la justice sociale.

La liberté et la méfiance du gouvernement est le seul moyen de préserver les droits de tous et *de se donner* les moyens de combattre des idées blasphématoire et insultantes.

25 avril 2011

Votez pro-vie

Le droit à la vie est le droit le plus fondamental.

Il faut appuyer ces candidats qui sont favorables à protéger la vie dès la conception.

Cependant, Stephen Harper ne mérite pas de gagner.

Mais comme plusieurs de ces députés et ses candidats sont pro-vie, je vous conseille de voter pour les candidats qui pourront être utiles à la cause pro-vie.

Sinon, ne pas voter pour eux.

Il y a très peu des pro-vie Libéraux. Il existe aussi quelques candidats du Parti de l'Héritage chrétien. Ils méritent votre vote.

Autrement, ne recompensez pas la position de Harper. Il doit savoir qu'il ne peut pas prendre le vote pro-vie pour acquis. Il faut punir ces politiciens qui empêchent le progrès de la cause des enfants à naître, et tout autre personne susceptible d'être visée par la culture de la mort.

C'est vrai que punir Harper peut nous faire plus mal que de voter pour lui-- dans le court terme. Cependant, si on ne punit jamais nos politiciens, ils vont nous prendre pour acquis et ne jamais sentir la nécessité de nous plaire politiquement, ce qui serait fatal à notre cause. Il vaudrait mieux de souffrir à court terme et de prendre la chance que le prochain gouvernement serre la visse aux pro-vie, que de ne rien faire de différent et de rien gagner dans la cause pro-vie.

Si on ne vote pas Conservateur automatiquement et ils perdent des plumes à cause de cela, ils vont finir par comprendre qu'ils doivent plaire à sa base pour gagner, et non pas viser le pouvoir pour lui-même.



Voici les évaluations des candidats de Campaign Life Coalition.


Voir aussi le billet de Miguel Morin.

L'Église catholique au Brésil refuse de condamner l'infanticide

Au Brésil, il y a certaines tribus aborigènes qui pratiquent encore l'infanticide.

Ceci se fait avec la connaissance des autorités brésiliennes.

Mais, personne ne veut intervenir, au nom du "respect des cultures".

Incluant l'Église catholique au Brésil.

J'ai téléchargé le livre sur cette page web.

Je n'étais pas capable de le finir. Trop enrageant.

21 avril 2011

Comme si l'enquête sur Développement et Paix n'était pas assez bidon

L'archévêque Martin Curre de St-Jean (Terre-Neuve) admet que Développement et Paix a écrit le rapport final.

I came back to Newfoundland and the report was being prepared at the office of Development & Peace, and I think by the CCCB by Mario Paquette,” said Archbishop Currie. “By Mario Paquette and by Michael Casey and them. I did not know anything about how the report was prepared.

...

Archbishop Currie acknowledged that LifeSiteNews’ investigation may well have been more accurate than that of his delegation. “With LifeSite, perhaps they would dig a lot deeper ... and make connections which perhaps we didn’t make because we don’t have that kind of access or time.”

Mais malgré tout, l'Archévêque ne nie rien de ce qui a été écrit!

J'ai trouvé ça drôle que l'évêque dit que les enquêteurs manquaient du temps.

Quand tu fais une enquête, tu prends le temps nécessaire pour cueillir tous les faits. Me semble que c'est évident!

Maintenant que cette information a vu le jour, les évêques ont le devoir de corriger la situation et refaire leur enquête, ou du moins renier celle qui a déjà faite. Dans le fond, leur rapport est diffamatoire contre LifeSiteNews.

20 avril 2011

Des prêtres dissidents fustigent l'Archévêque Prendergast pour sa défense de l'enfant à naître

Le 5 avril, l'Archévêque Prendergast a décidé de ne pas permettre le prêtre méxicain Luis Arriaga de venir dans son diocèse pour discuter de son organism le Centre PRODH en raison de l'orientation pro-avortement. Le père Arriaga était attendu à quelques paroisses dans la région d'Ottawa et au centre diocésain, et son discours se faisait sous l'égide de Développement et Paix.

Il fallait s'attendre à une riposte des tenors de la gauche pseudo-catholique.

Bien sûr que l'Abbé Raymond Gravel avait son mot à dire là-dessus.

En premier lieu il a dit que Développement et Paix a été blanchi des toutes les allégations, mais on sait que cette enquête était purement bidon, et l'Archévêque Prendergast n'a pas l'air d'avoir accepté ses conclusions.

Deuxièmement, il accuse la droite catholique de vouloir en prendre contre "la santé des femmes". Comme si la question sous examen concernait la gynécologie en général.

On sait ben que le problème c'est l'avortement et la contraception.

Mais l'Abbé se cache derrière l'euphémisme de "la santé des femmes" pour ne pas confronter les véritables enjeux.

Troisièmement, il demande aux évêques québécois de dénoncer l'Archévêque Prendergast (et l'évêque Paul-André Durocher de Cornwall pour pris la même décision). Il dit que ces pasteurs ont le devoir de "défendre la vie".

Heille! C'est clair que le bonhomme manque le sens de l'ironie!

En plus, c'est un peu hypocrite de sa part de parler contre l'autorité de l'Église, mais ensuite demander aux évêques d'utiliser leur autorité pour dénoncer les catholiques orthodoxes.

Il invoke l'encyclique Populorum Progressio comme la fondation de Développement et Paix. Mais le bonhomme a l'air a oublié l'existence d'Humanae Vitae. Si les fidèles doivent suivre le premier, pourquoi pas le deuxième? C'est du catholicisme à la carte! On choisi ce qu'on veut et on laisse le reste.

Pourquoi les catholiques "de droite" n'auraient pas autant la liberté de le faire? De quel droit se prend-il pour l'interprète officiel du Christ?

Si on est catholique, c'est parce qu'on croit que le Magistère est le porte-parole du Christ.

Mais non, c'est tout mêlé leur affaire.

En fait, les catholiques "de droite" acceptent les paroles du Christ concernant le pape et son enseignement: "Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon église...et ce que tu lies sur terre sera lié au Ciel."

C'est drôle comment les dissidents sont bons pour dire qu'ils veulent faire la volonté du Christ, mais quand il s'agit d'obéir à la Chaire à Pierre, dont ses décisions doctrinales sont "liées au Ciel", là il ne parle plus.

Le catholicisme de gauche n'est pas cohérent!

De plus, on peut lire la réaction du Père Claude Lacaille, un autre prêtre révolté de l'Église. Il est Prêtre des Missions Étrangères.

Le titre de son article est "Aurions-nous renié le Christ ?"

Donc, selon le Père Lacaille puisque l'Archévêque Prendergast a décidé de ne pas laisser parler le Père Arriage, il a renié au Christ.

C'est le boutte du boutte!

Je pensais qu'on n'était pas supposé de porter des jugements!

Il dis toutes sortes de clichés gauchistes à propos de la justice sociale, sans considérer que la tuerie des enfants à naître mérite la même considération (sinon plus) que la torture, et le viol. Si l'Église donnait de l'argent à un organisme qui avançait la torture, ils seraient les premiers à le dénoncer. Mais comme il s'agit "seulement" des enfants à naître, c'est pas grave.

Et dire que ce sont les "défenseurs des plus vulnérables". Mon oeil! Est-ce qu'il y a personne plus vulnérable qu'un enfant à naître? Est-ce qu'il y a un être qui a besoin de plus de protection dans notre monde?

Après tout ça ce dissident dit:

Des groupes d’idéologie conservatrice qui prétendent être « les vrais catholiques » remettent en question l’autorité morale des évêques en les harcelant et en s’attaquant vicieusement depuis des années à Développement et Paix, ce qui a des conséquences désastreuses auprès des groupes partenaires du Sud.

C'est le top-- le dissident s'en prend aux catholiques fidèles pour avoir remis en question l'autorité morale des évêques.

Mais il insiste qu'on s'engage avec un sens de l'autocritique!

C'est ahurissant. On voit bien que les évêques catholiques n'ont pas soutenu la doctrine catholique. On ne s'est pas aveuglé. On a utilisé notre sens critique pour leur dire de faire leur job-- qui est de défendre la doctrine catholique.

Mais comme la doctrine catholique n'a pas d'importance sauf quand ça leur sert leur idéologie politiques, ils en oublient bien des bouts!

Je n'accepte pas qu'on remette en question la foi personnelle de l'Archévêque Prendergast. L'Archévêque a le droit de gérer son diocèse comme il tient bon dans la mesure qu'il suit la doctrine catholique. Ce qu'il fait. Alors personne n'a le droit de lui reprocher.

Le catholicisme devient incohérent si on n'accepte son principe d'infaillibilité écclésiastique et papale. Si on n'accepte pas les doctrines promulguées comme infaillibles, tout devient une question de volonté des gens de terrains.

La volonté du Christ s'exprime par le Magistère. Il l'a dit lui-même: ce que le pape lie sur terre est liée au Ciel. Le Saint Esprit protège l'Église de l'erreur. Alors ça volonté est déjà pleinement indiquée par les enseignements de l'Église. Malheureusement, les dissidents n'aiment pas cette volonté; alors ils en inventent une autre, sans l'autorité du Christ.

Qu'ils réagissent avec beaucoup d'amertume, c'est normal. Qu'ils remettent en question la foi de l'Archévêque est complètement inacceptable. Je ne le laisserai pas passer sous le silence. L'Archévêque Prendergast est un très bon archévêque. Il est très aimé ici à Ottawa. Je ne pense pas que ses ouailles vont apprécier que des dissidents viennent chier sur lui quand le problème c'est eux-autres et LEUR rejet de la doctrine catholique. En tout cas, leurs paroles n'avanceront pas leur cause dans le Canada anglais.

16 avril 2011

L'Abbé Gravel va s'expliquer à Rome

D'après moi, la situation n'a pas l'air très prometteuse pour l'Abbé Gravel.

Quand tu vas rencontrer la tête la Congrégation pour la doctrine de la foi, c'est pas pour recevoir des accolades.

Je pense pour l'Abbé Gravel, ça passe ou ça casse.

J'ai l'impression que ça va casser.

Il sera invité à se soumettre aux enseignements de l'Église.

Ou, il sera discipliné. Probablement suspendu de ses facultés de prêtres, du moins en public.

C'est le début pour la fin pour lui.

Je pense que le Vatican va faire la leçon aux prêtres québécois qui ne cessent pas de contrer les enseignements de l'Église.

Si mes prédictions sont vraies, ça va marquer un point tournant dans l'histoire de l'Église au Québec et au Canada. On ne peut pas avoir des prêtres qui contredisent l'Église à tout bout de champs.

L'autocensure menace la liberté

Un journaliste de Laval en France, parle des sujets qui mènent à l'autocensure:

Aujourd'hui, dans cette multitude de mondes plus ou moins en guerre les uns avec les autres (Muray), la liberté d'expression s'est beaucoup rétrécie pour quiconque envisage de traiter certains sujets avec son stylo ou son ordinateur. En effet, des "grandes consciences" soutenues et relayées par les grands media peuvent, à tout moment, vous jeter au visage certaines accusations dont on ne se relève pas...

Les deux plus "meurtrières" sont celles de "raciste" et d'"antisémite"... Et n'importe quel journaliste qui apprécie de s'exprimer librement les sent tourner autour de sa copie chaque fois qu'il doit évoquer des sujets historiques comme la Seconde Guerre mondiale, les années 30, Vichy, Pie XII, Le Pen (...), la colonisation française, l'immigration africaine et/ou musulmane…

Il y a l’homophobie aussi, la petite troisième ; un concept assez mal défini mais qu’on sent instinctivement… Il y a aussi celle qui frappe tous ceux qui préconisent la défense de la vie, de l'embryon, de l'enfant à naître, ceux qui refusent d'envisager l'avortement comme la "meilleure" des solutions... Eh oui, si jamais vous refusez de vous extasier devant ce qu'on nomme l'Interruption Volontaire de Grossesse (tu parles d'une interruption !), hop, la quatrième insulte vient vous clouer le bec illico presto : "intégriste" ou "tradi", au choix !
Dans un billet plus récent, il écrit:

Ces dernières années, le métier de journaliste municipal est devenu de plus en plus délicat à pratiquer car on peut de moins en moins s’exprimer librement sur quantité de sujets. Disons qu’il faut faire attention à ce qu’on dit, à ce qu’on veut dire, à ce qu’on ne veut surtout pas dire, à ce que les autres pourraient croire qu’on a dit… Résultat : il faut s’autocensurer en permanence sur des sujets qu’on pouvait naguère traiter tranquillement…




Dans Moderne contre Moderne, Philippe Muray (encore et toujours lui !) fait le constat suivant :



« Balzac et d’autres écrivaient à propos des femmes, des hommes, des commerçants, des prostituées, des financiers, des homosexuels, des pratiquants de telle ou telle religion, et de tous les maniaques qui peuplent la société. Ils se permettaient de trancher sans crainte de voir se rebiffer les sujets dont ils traitaient. C’est qu’il existait un monde commun, et non une multitude de mondes plus ou moins en guerre les uns avec les autres, convaincus d’être seuls à détenir la vérité sur eux-mêmes et bien décidés à faire respecter ce monopole. »




Eh oui, il existait un monde commun, qui a disparu sous mes yeux à la fin des années 90... Et cette disparition n'est pas sans poser de graves problèmes aux journalistes attachés à la liberté d'expression...


Alors que faire?
 
Je ne suis pas une pour dire d'écrire des choses outrancières juste pour le fait de choquer.
 
Mais, je sais que plusieurs d'entre vous ont des idées choquantes.
 
J'en plein des idées choquantes.
 
Il ne faut pas avoir peur de dire ce qu'on pense.
 
Si on ne dit pas ce qu'on pense, on permet l'avance des forces liberticides.
 
La stigmatisation des opinions marginales a toujours existé et existera toujours. C'est la nature humaine.
 
Mais l'autocensure de nos jours ne s'opère pas sur un niveau marginal.
 
C'est omniprésent. La population au totale se tait sur un tas de sujets par peur de développer une mauvaise réputation.
 
La gauche a réussit très bien à marginaliser les racistes, les anti-sémites et les suprémacistes blancs; et elle subir les droitistes-- surtout les conservateurs sociaux-- au même traitement pour mieux miner l'opposition et permettre l'avancée de leurs idées sans résistance.
 
Donc, on traite les droitistes de sexistes, homophobes, misogynes, islamophobes, fachos et j'en passe.
 
Ça marche très bien dans une certaine mesure.
 
Cependant, si les droitistes ne ripostent pas, les gauchistes vont réussir.
 
Bien des gens ne dissent pas leur véritable opinion par peur de se faire dénoncer. Bien des gens n'osent pas s'opposer aux valeurs québécoises pour ne pas passer pour un crackpot à part.
 
Tu sais comment les québécois ont tellement peur d'être à part de la gang.
 
La pire chose en politique, c'est d'être seul. Le seul pro-vie dans la salle; le seul chrétien; le seul libertarien. Tout seul. Dans son coin. Pas d'amis.
 
Parce qu'être tout seul, selon certaines mentalités, c'est le gage d'avoir tort, d'être un peu dérangé dans tête, de lire des choses et de dire des choses qui ne se disent pas.
 
Mais c'est comme ça que la gauche avance.
 
Je sais que pour bien des gens, s'exprimer ouvertement est un risque concret. On risque de perdre un emploi. On risque de perdre des amis. On risque de se faire isoler dans notre gang au travail ou à l'école. À la limite, on risque de se faire dénoncer à la Commission des droits de la personne.
 
Mais ça vaut quoi, pour toi, ta liberté? Croyez-vous vraiment que la liberté est gratuite? Qu'elle ne se gagne pas à chaque génération?
 
Si tu penses ça, tu ne connais rien à la liberté.
 
Si on n'exerce pas la liberté, on la perd. Même si on a toutes les bonnes raisons du monde de se taire, si on ne profite pas de notre liberté, quelqu'un va nous l'enlèver.
 
Il ne faut pas avoir peur de cette multitude de mondes, comme écrit ce journaliste. C'est en créant notre monde à nos qu'on avance nos idées. Laisse faire les autres. Laisse-les capoter. Ne t'en fait pas que les gens ne te comprendront pas-- la plupart ne veulent pas te comprendre, ils veulent te condamner. Parle à ceux qui veulent t'écouter.
 
Je dis ça parce que j'ai peur que trop de droitistes veulent plaire. Ce n'est pas en voulant plaire qu'on va gagner la liberté. Je sais que les élections sont importantes, mais si on veut une population moins étatiste, il faut arrêter de penser en étatiste. Il faut tout simplement dire ce qu'on a sur le coeur en espérant que ça rejoint du monde (et il y a des grosses chances que ça va toucher quelqu'un).
 
Qu'on arrête l'esprit de PR. Qu'on répand nos véritables opinions. Parce que si aujourd'hui on ne dit pas notre avis sur 10 sujets, demain il va y en avoir 100 qu'on n'osera pas traiter. C'est comme ça la rectitude politique.

12 avril 2011

Le Devoir: encore de la désinformation sur l'Église catholique

Le problème avec les journalistes du Devoir, et les journalistes en général, c'est qu'ils ne prennent pas le peine de connaître la véritable opinion des gens qui ont des prises de position contraire à eux.

Prenons comme exemple, cette citation concernant le scandal entourant Développement et Paix:

Mais parmi les responsables des projets de D&P en Amérique latine, l'annulation a été vue comme un «affront» sans précédent. À vrai dire, un malaise mine depuis longtemps cette organisation. Des évêques, surtout du secteur anglophone, sont en désaccord avec sa mission.

Personne n'a jamais remis en question la mission de Développement et Paix, qui est d'aider les gens pauvres dans les pays en développement.

Le journaliste n'est même pas capable de citer un exemple. J'en connais pas un seul évêque qui veut voir la fin des projets de développement.

Un lobby pro-vie a beau jeu, dans ce contexte, de décrier les projets appuyés par D&P, notamment dans le domaine de la santé des femmes.

La question fondamentale est si on devrait donner de l'argent à des groupes qui prônent l'avortement et la contraception. Les projets n'ont jamais été remis en cause, parce que Développement et Paix était assez intelligent pour cacher leur appui pour l'avortement et la contraception en ne jamais donnant à des projets ouvertement prônant ceux-ci.

Ainsi, lors d'une visite en Bolivie, où ils ont rencontré plus de 200 membres de 21 centres de femmes — des femmes affectées par la pauvreté et la violence familiale, et souvent seules à élever leurs enfants — , des membres du Comité de solidarité de Trois-Rivières ont été choqués d'apprendre qu'elles ne pourraient plus recevoir d'aide financière de D& P à moins d'obtenir une lettre de recommandation d'un évêque bolivien.

Mais quel est le problème?

C'est une organisation catholique.

Financée par des catholiques.

Chapeautée par des évêques catholiques.

Si l'évêque de la place n'appuie pas le "groupe de femmes" local, c'est probablement parce que ce groupe prônent des idées contraires à l'enseignement de l'Église.

Si tu veux avancer des idées contraires à l'Église, n'utiliser pas des groupes catholiques pour le faire.

Il me semble que c'est évident.

Pourtant, rapportent ces observateurs, nombre de prêtres, de congrégations religieuses et d'institutions qui collaborent avec ces femmes en ont toujours recommandé le travail, jugé «excellent et digne». «Serait-ce que seule une parole épiscopale est crédible auprès des évêques canadiens?»

Plus crédible que des gens qui ne sont pas tout à fait orthodoxes, en tout cas.

En Haïti, une maison des femmes de Port-au-Prince, Kay Fanm, soutenue par D&P, se fera supprimer l'aide qu'elle recevait depuis vingt ans. Son centre s'est effondré lors du séisme de 2010, Magalie Marcelin, la fondatrice, a été alors tuée, et la directrice, Yolette Jeanty, est aux prises avec l'augmentation des viols de fillettes (elle en abrite une trentaine sous une tente dans sa cour). À Trois-Rivières, cette suppression de fonds a scandalisé.

Le viol scandalise, mais tuer des êtres humains ne scandalise pas? Trouvez l'erreur!

Si tu veux recevoir l'argent catholique, arrête de faire des choses contraires à la foi catholique. On dirait qu'ils prennent l'argent des catholiques pour acquis.

Un des membres du comité, Claude Lacaille, un «prêtre des missions étrangères», constate que «les femmes croyantes sont heurtées de voir que les autorités de l'Église ne respectent pas leur dignité en faisant peser sur elles de telles rumeurs et en ne leur faisant pas confiance».

C'est le boutte du boutte-- un prêtre qui parle "au nom des femmes" comme si toutes les femmes pensaient de la même façon.

On ne fait pas confiance aux gens-- hommes ou femmes-- de tuer des êtres humains. C'est clair?

Jugeant «insupportable et scandaleux» un mouvement comme LifeSiteNews, Claude Lacaille, un ancien des favelas d'Amérique du Sud, a récemment invité les évêques du Québec à «élever le ton» à la Conférence des évêques du Canada.

Contre quoi, au juste? L'enseignement catholique?

Intéressant que le bonhomme croit que les évêques sont de son bord. Il doit savoir des choses qu'on ne sait pas.

À y prendre la défense de D&P. Et surtout, «la défense des personnes qui ont opté pour les plus petits».

Comme si les foetus n'étaient pas les plus pétits!

À en juger par les confidences de quelques membres de l'épiscopat, la tâche ne sera pas facile.

Des sources non nommées encore. Il faut croire le journaliste sur parole.

D'aucuns, en effet, ont sondé leurs collègues évêques, pour constater, non sans regret et découragement, que parfois les positions à la CECC sont non seulement «radicales», mais «bien arrêtées», voire «incrustées» à propos de Développement et Paix. Des déclarations publiques, peut-on croire, durciraient les choses au risque de diviser les évêques encore plus.

Que les évêques assument leur opinions. Qu'on ait de la transparence au sein de l'Église pour une fois!

Chèque la note biographique de l'auteur:

Jean-Claude Leclerc enseigne le journalisme à l'Université de Montréal.

Ça explique tout.

9 avril 2011

Article christophobe dans le Devoir

Pourquoi est-ce qu'un croyant a moins le droit de faire partie de la scène politique qu'un non-croyant?

C'est la question je me pose après la lecture de l'article christophobe d'Hélène Buzzetti dans le Devoir.

Le premier exemple de ces "fous de Dieu" vient d'une anecdote dont on n'a pas le nom de l'actrice centrale-- la députée libérale qui a subi une réaction allergique. On n'a pas de confirmation de la journaliste. On est supposé d'accepter la parole de la journaliste selon le ouï-dire.

On n'a pas la version des députés conservateurs en cause. La journaliste dit que les députés n'ont pas été chercher de l'aide médicale, mais elle nous dit pas si de l'aide a été obtenu par quelqu'un d'autre.

Ceux qui ont été témoins de la scène ont été choqués de ce réflexe religieux contre-productif (l'attroupement nuisait à la respiration de la députée), mais ils hésitent à le dénoncer de peur d'être taxés d'intolérance.

Donc, on est supposé d'accepter la parole du journaliste, qui ne nomme pas ses sources.

Ça c'est du journalisme!

Peut-être les députés ont raison d'avoir peur d'être dénoncer pour leur intolérance.

Mais comme on n'a pas de détails, on est supposé d'accepter sans questionnement tout ce qui vient de la plume de Mme. Buzzetti.

Deuxième exemple: le témoignage du député Maurice Vellacott concernant l'adoption.

J'ai aussi une famille biologique affectueuse avec laquelle j'ai vécu toute ma vie. Quand je dis que j'ai été adopté, je veux dire que je l'ai été par un père céleste. Ainsi, même quand je suis loin de mes parents terrestres, dans d'autres régions du monde ou du pays, ma famille indéfectible veille toujours sur moi.»

Wow, ça c'est radical. Le père céleste adopte.

Appelle la presse, un député manifeste ses sentiments religieux, ah non!

Au moins un député siégeant au comité s'est dit «estomaqué» et «choqué». «Nous n'avons pas à mêler religion et État», fait-il valoir

Encore une fois, la source n'est pas nommée. On est supposé d'accepter la parole de la journaliste.

Je suis certaine que le député en question avait ses raisons séculières pour appuyer les parents adoptifs.

Mais dans le fond, ce qui est choquant pour la gauche, et surtout la gauche non-croyante, c'est l'expression des idées religieuses.

C'est simple, ils veulent nous dire comment exprimer nos sentiments religieux. Ils veulent marginaliser la religion et ultimement l'effacer de la vie publique.

Ils ne respectent pas la liberté de religion. Ils reconçoivent la liberté de religion pour conformer à leur idée de la religion, pas l'idée de la  liberté de religion des personnes religieuses.

Un député a autant la liberté de religion que n'importe qui. Il a droit de dire ce qu'il y a sur le coeur, même si c'est religieux, dans un comité.

Mais la gauche veut que le gouvernement et le pays devient athée, peut-être pas officiellement (dans l'intérim) mais dans les faits, oui.

Mais notre Charte est basée sur la Suprématie de Dieu.

Dieu fait déjà partie de notre système politique.

Est-ce que Hélène Buzzetti va chercher la réaction des conservateurs mentionnés?

Non.

Il y a un jugement de valeurs sévère, mais aucun droit de réplique des acteurs cités.

J'ai souvent remarque que la gauche, surtout la gauche québécoise, aime parler et agir comme si des croyants n'existaient pas, ou n'étaient pas dans l'auditoire.

On parle comme si les croyants, c'étaient des étrangers, des marginaux, une minorité renfermée sur elle-même et à part.

D'une certaine manière, c'est un peu la faute des croyants, surtout les croyants québécois, parce qu'ils n'osent pas s'afficher. Bien des gens ont peur de passer pour des Talibans.

Mais c'est en ayant peur de passer pour des Talibans que les opposants réussissent à nous taguer de cette étiquette.

Ça fait que la silence, ça ne marche pas.

Si les croyants ne veulent pas être marginalisés davantage, il est grand temps qu'ils commencent à parler et à dire les choses comme elles sont.

Sans ça, on n'exercera pas notre influence et on va continuer d'être repousser dans le recoins du discours public pour par la suite perdre nos droits d'exercer notre foi comme on l'a toujours fait.

Il est temps maintenant de parler.

Développement et Paix : l'Église de la gauche continue d'oublier des détails

Détails chez Radio Ville-Marie.

On oublie de mentionner le caractère de l'enquête en 2009. C'était une farce.

Premièrement, les évêques n'ont même pas pris la peine de comprendre la nature des allégations.

Ils ont compris, dans leur confusion, que LifeSiteNews accusait Développement et Paix d'avoir subventionné des projets qui avançaient la cause de l'avortement.

Ce n'était pas ça du tout ce qui était en cause. LifeSiteNews accusait Développement et Paix de donner de l'argent à des groupes pro-avortement.

Comme l'argent est fongible, le chèque qu'on leur donne pour un projet qui n'a rien à voir avec l'avortement peut servir à d'autres fins en attendant. Donc, de façon indirect, cet argent peut faire vivre cette organisation, qui de façon indirect contribue à la promotion de l'avortement au Tiers-Monde.

Mais les évêques n'ont même pas pris la peine de lire les articles de LifeSiteNews. C'est clair, ils ont pris la version de Développement et Paix dans cette histoire, et ils l'ont pris sur parole.

Deuxièmement, l'enquête portait uniquement sur cinq groupes au Méxique. Alors lorsqu'on dit que Développement et Paix ont été blanchi, ce n'est pas tout à fait vrai.

Troisièmement, les évêques qui ont enquêté ont pris sur parole les réponses des dirigeants des groupes subventionnés.

Et ils ont ignoré toute la preuve amenée par LifeSiteNews. Donc ils n'ont pas pris la peine de comparer ce que les dirigeants disaient, et ce que la preuve montraient.

C'est assez bidon comme enquête.

Mais l'Église institutionnelle, l'Église des évêques, de théologiens, d'animateurs pastorales, de catéchètes, de Développement et Paix n'ont même pas pris la peine de LIRE ce que LifeSiteNews avait à dire.

Ils étaient tellement certains de la conclusion, qu'ils n'ont même pas conscendu à REGARDER la preuve.

 
Mais, comprenez bien, c'est nous, ceux qui observons la doctrine de l'Église, qui sont les pharisiens. Les évêques qui annulent la Parole de Dieu avec leurs préceptes humains (voir: socialistes) qui essaient de suffoquer la vérité, ce ne sont pas DU TOUT des pharisiens.

Et voilà, tout ça explique les omissions importantes de l'article de Radio Ville-Marie.

Et je trouve ridicule que le blogue SoCon et Bust, écris par mes amis John Pacheco et Steven Gonzalez est dénoncé pour ces propos vitrioliques, mais le Père Rosica ne cesse de taguer la gang de LifeSite comme des Talibans.

Devant la preuve claire de LifeSiteNews, l'Archévêque Prendergast, qui me rend fière en tant que mon évêque, n'avait pas le choix que d'annuler les présentation de l'Abbé Arriaga.

Le Père Arriaga avait militer contre la protection légale de l'enfant à naître. Franchement.

Une chose à noter concernant l'Archévêque Prendergast: c'est un des seuls évêque dans toute l'Église qui est prêt à participer dans la Chaîne pour la Vie. C'était le seul évêque à côté du Cardinal Ouellet lorsque ce dernier à été crucifié dans les média pour avoir dénoncer l'avortement.

C'est un vrai de vrai.

Remarquez bien que la plupart des évêques qui s'obfusquent devant les rapports de LifeSiteNews ne sont pas des grands supporteurs des enfants à naître.

6 avril 2011

Des homofascistes entartent l'Archévêque de Bruxelles

Typiquement gauchiste: quand ils n'aiment pas le message, ils pratiquent la censure ou, lorsque ce n'est pas efficace, la violence.

La presse française se réjouit du coup, comme si l'archévêque a reçu ce qui lui revenait.

Cependant, je ne suis pas certaine que le commun des gens le prennent de la même façon. Les entarteurs ont l'aire d'une bande d'adolescents sans savoir vivre. Pas sûre que ça va aider dans leur cause. Peut-être ça va épeurer quelques-uns et les taire.

Mais l'Église catholique ne se taira pas. Surtout devant ces types de niaiseries. Ça prend plus que ça de taire un bon catholique. Ça prend le martyre.

2 avril 2011

Flash Mob Catholique à Paris

Très Cool. Les français ils l'ont l'affaire. :)


Flash mob à Paris by Emmanuelmedias

1 avril 2011

L'hystérie féministe du Bloc

De la pure démagogie:

Depuis un peu plus de cinq ans qu’il est au pouvoir, on a pratiquement pris l’habitude de voir le gouvernement Harper attaquer les acquis des femmes. Après avoir repoussé la question de l’équité salariale, après avoir magouillé pour remettre le sujet de l’avortement à l’ordre du jour et traficoté les programmes d’aide internationale pour supprimer le financement des soins à l’interruption de la grossesse, après avoir supprimé le financement des groupes de revendication des droits des femmes au Québec, voilà qu’il passe aujourd’hui à une autre étape.

Remettre en question l'avortement?

Combien de fois doit Stephen Harper répeté qu'il ne cherche pas à faire le débat sur l'avortement?

Son discours hystérique est mensongère.

Si seulement c'était vrai que Harper était pro-vie.

Harper n'a pas supprimé des programmes qui visent à financer l'avortement.

Il a décidé d'en faire un nouveau qui ne le finance pas.

Mais pour les féministes de la trempe de Mme. Demers, le progrès féministe c'est être dépendante sur l'État pour exercer son pouvoir.

Wow, ça c'est de l'empowerment.

Si le gouvernement n'est pas d'accord: ah non, c'est l'apocalype, les femmes sont opprimées. Waah!

J'aimerais ben que toutes les femmes anti-féministes du Québec disent aux féministes qu'elles ne leur représentent pas. Personne ne leur a accorder le droit de parler au nom de toutes les femmes. Elles n'ont pas le monopole de la vérité sur les femmes et la condition féminine.

Les médias continuent le mensonge que les "groupes des femmes" représentent les femmes.

Est-ce que les hommes ont leur groupes à eux? Il existe des groupes masculinistes, mais ils sont loins d'être représentatifs des hommes.

Les féministes devraient être traitées de la même façon. Elles forment des groupes qui représentent une partie de la population féminine et elles propagent UNE idée parmi tant d'autres sur la question des femmes.

Et voilà l'idée la plus ridicule:

Il nous projette cinquante ans vers l’arrière en affirmant publiquement sa volonté de retourner les femmes à la maison.


Y a-t-il vraiment des gens qui croient que Stephen Harper CHERCHE à FORCER les femmes à retourner à la maison, contre leur gré?

Voyons.

Ce sont des fantasmes féministes qu'on devrait dénoncer.

Pourquoi personne ne dise la vérité? Pourquoi personne ne remet pas en question ses propos.

On a beau être contre Harper, mais ce genre de discours n'a même pas de bon sens. Ça n'a aucune relation avec la réalité. Comment les bloquistes peuvent-ils tolérer ce discours mensongère honteux?